Article précédent
« Waouh, on va faire un jeu télévisé !»

Dream & Consider

Big Bounce, un projet de rêve pour EndemolShine

Jürgen Ettinger, ELI Play Slovaquie, à propos des différences entre Europe de l’Ouest et Europe de l’Est

Article suivant

Un parc de trampolines indoor en vedette dans un jeu télévisé diffusé en Allemagne

EndemolShine ne s’en cache pas. Big Bounce constitue un projet de rêve pour le groupe hollandais de production multimédia dont la réputation n’est plus à faire. « Un show comme celui-là, on n’en a l’idée qu’une seule fois dans sa vie », assure Margot van Schayk, chef du développement des programmes chez Endemol.

Martijn de Bruin, concepteur de programmes au sein de l’équipe de Margot van Schayk, a une pile de dessins calée sous le bras. Des esquisses de structures de jeu indoor, d’attractions qui sont à la base de ce qui est aujourd’hui devenu Big Bounce. Imaginer de nouvelles idées : la routine pour nos deux protagonistes. D’où tirent-ils leur inspiration ? Ils regardent tout simplement autour d’eux. Dans leur environnement immédiat, et ailleurs dans le monde. « À un moment donné, nous avons remarqué que des parcs de trampolines s’ouvraient un peu partout et qu’il y avait un trampoline quasiment au fond de chaque jardin », explique Martijn de Bruin. Ce fut le déclic. Un jeu télévisé avec des trampolines, de l’action, du fun et une dynamique forte… Ne serait-ce pas là une formule susceptible de rencontrer un franc succès ?

Un concept néerlandais

Voilà comment Big Bounce est né aux Pays-Bas. « À l’origine, c’est notre idée », insiste Margot, avec une certaine fierté. Le projet trouve rapidement un écho favorable au sein de l’entreprise car un gameshow (jeu télévisé) physique, comme on appelle ce genre de programmes, colle parfaitement avec la philosophie du géant de l’amusement EndemolShine. Et comme le groupe aime mener ses affaires tambour battant, des actions de promotion à l’intention des filiales étrangères sont lancées sans attendre.

Mais il n’y a alors encore aucun matériau disponible ? C’est exact. Les collègues ont simplement reçu une vidéo leur présentant le « look & feel » du concept, réalisé à partir de clips extraits de YouTube et montrant toutes sortes de sauts en trampoline issus de diverses cultures. En plein dans le mille !

Dessins le parcours trampolines Big Bounce

Les honneurs de la première à l’Allemagne

Les réactions ont été formidablement enthousiastes, en particulier chez EndemolShine Allemagne. Ils ont adopté le concept et ont réussi à convaincre rapidement RTL Allemagne de s’engager à leurs côtés. C’est cela qui fait toute la différence. Avoir une bonne idée, c’est bien, mais si aucune chaîne de télévision n’est intéressée, elle n’a aucun avenir. « C’était vraiment une excellente nouvelle », confie Margot van Schayk. « Évidemment, nous aurions aussi aimé voir le show être diffusé d’abord à la télévision néerlandaise, mais le projet était trop vaste au départ. Miljoenenjacht (NDLR : un jeu télévisé d’Endemol très populaire aux Pays-Bas) est un gros projet, mais là, il fallait construire un parc de trampolines complet uniquement pour pouvoir y enregistrer les émissions. Du coup, cela devenait très coûteux ».

Un rôle moteur

Un investissement coûteux certes, mais qui valait la peine aux yeux d’EndemolShine. Car le groupe néerlandais est une global power house, un véritable « moteur » doté de filiales dans 78 pays, capable de concevoir des programmes destinés à des publics internationaux. Dans ce cas spécifique, il a tout de suite été question d’une affinité avec les collègues allemands. Mais que les fans de trampolines ailleurs dans le monde gardent espoir. « Nous avons mis en place une production et ces coûts peuvent à présent être ventilés sur plusieurs pays. De cette façon, le concept peut être décliné à moindres frais », indique Martijn de Bruin.

ELI Play, partenaire exclusif

Avant que la production ne tourne correctement, le parcours doit encore voir le jour. Il est conçu et installé par ELI Play. « Ils ont fait preuve de beaucoup de courage », affirme Martijn. « Pour commencer, les délais étaient courts. Ensuite, dans la phase de développement, les divers intervenants doivent avoir confiance les uns dans les autres et croire au projet. Dès qu’EndemolShine Allemagne a vendu la production à RTL Allemagne, ELI Play a pris les rênes en main et a réfléchi à la façon de monter le projet du point de vue technique. Ils ont fait preuve d’ingéniosité et veillé à ce que tous les éléments soient fabriqués au préalable chez eux, et qu’il n’y ait qu’à les installer dans le studio. ELI Play a livré un magnifique parcours, et nous a fait gagner beaucoup de temps ».

ELI Play a livré un magnifique parcours, et nous a fait gagner beaucoup de temps.

Martijn de Bruin

Particulièrement novateur

Pour ELI Play, le défi consistait à utiliser non seulement des trampolines horizontaux, mais aussi des trampolines quasiment verticaux dans un parc indoor. Une vraie nouveauté ! Le fabricant néerlandais a aussi imaginé un tremplin renversé qui, de l’avis de Margot et Martijn, est « tout simplement spectaculaire ». « Nous nous demandions comment nous allions pouvoir garantir la sécurité des candidats, surtout dans les moments où ils seraient au coude à coude, sous la pression, avec plein de caméras autour d’eux… Mais là aussi, ELI Play a pensé à tout. Ils ont imaginé des surfaces de réception à la technologie avancée ».

Éléments Big Bounce
Le parcours trampolines Big Bounce

Des auditions sautillantes !

Une fois tous ces éléments mis en place, restait à trouver le facteur principal du programme : des participants. Via RTL Allemagne, des appels à candidats ont été diffusés, sous la devise : L’Allemagne recherche une superstar… Et aussitôt, les réactions ont afflué des 4 coins du pays. Quelque 2.000 personnes se sont inscrites. Des jeunes, mais aussi des moins jeunes. Plusieurs centaines d’entre eux ont passé une « audition de saut » et finalement, 400 candidats ont été retenus pour le grand spectacle. « Nous ne voulions pas choisir que des super-héros. Le but était d’avoir une distribution équilibrée », souligne Margot.

Le jeu télévisé ne réunit pas seulement des héros qui font des choses dont on se dit, en tant que téléspectateur : ce n’est pas sérieux, c’est trop extrême

Margot van Schayk

Une grande course par élimination

Que doivent pouvoir faire les candidats ? Ils doivent en tout cas disposer d’un excellent sens de l’équilibre. Et d’une incroyable dose d’audace et de courage car les engins qui constituent le parcours les mettent sérieusement au défi. La chance aussi peut jouer, de même que la ténacité et une bonne condition physique. Big Bounce est une course contre la montre : le gagnant est celui qui achève le parcours le plus rapidement possible. Le jeu s’ouvre par un duel. Un candidat se mesure à un autre. Seul le plus rapide des deux passe à l’épreuve suivante. Le show commence donc immédiatement par l’élimination de la moitié des participants.

Pas seulement pour les héros

Une question subsiste : le programme est-il vraiment unique ? Margot van Schayk est très claire sur le sujet : « C’est un jeu télévisé physique, et il en existe beaucoup d’autres, comme Wipeout, qui sort d’ailleurs aussi de chez nous. Nous nous demandons constamment comment nous pouvons façonner une idée de telle façon qu’elle trouve sa place unique dans le paysage des programmes existants. C’est ce que nous avons fait avec Big Bounce. Ce show se différencie des autres de par son caractère sympathique et convivial. Le public s’y reconnaît du fait que les candidats viennent de tous horizons. Ce ne sont pas seulement des héros qui font des choses dont on se dit, en tant que téléspectateur : je ne pourrais jamais faire cela ! ».

Tout le monde au sein du très ambitieux groupe EndemolShine s’attend que Big Bounce batte tous les records d’audience. En Allemagne, mais peut-être aussi bientôt en France, aux États-Unis et en Asie. Et peut-être aussi dans le pays où le bébé a vu le jour… aux Pays-Bas !


Loading page...